SYNDICAT CNI

Syndicat Des Professionnels de Santé

Get Adobe Flash player
FacebookMySpaceTwitterDiggDeliciousGoogle BookmarksRedditLinkedinRSS Feed

jour de carenceCommuniqué de presse du 12 juillet 2017

 

Cela fait maintenant deux mois que nous avons une nouvelle Ministre et un nouveau gouvernement mais force est de constater que les premières mesures sont bien aux antipodes des intentions affichées.

 

Et un : Gel du point d'indice à compter du 1er janvier 2018

Le premier coup porté n'a pas tardé avec la décision du gel du point d'indice. Faut-il encore rappeler les pertes successives de pouvoir d'achat depuis plus de quinze ans ? Le gouvernement veut aller vite et précipite donc les soignants et l'ensemble fonctionnaires dans une nouvelle période d'austérité. Aucun doute, la cible est clairement définie !

 

Et deux : Le grand retour du jour de carence dès 2018 aussi

Contrairement à ce que peut penser la FHF, le rétablissement du jour de carence est plutôt malvenu et inadapté. Cette mesure perverse ne peut qu'amplifier le problème de l'absentéisme et produire l'effet inverse avec un risque de progression du nombre d'arrêts de plus longues durées. Alors même que les deux tiers des salariés du secteur privé bénéficient de la prise en charge intégrale par l'employeur des trois jours de carence (grâce aux accords d'entreprise et aux conventions collectives), les fonctionnaires hospitaliers seraient doublement sanctionnés puisque leurs arrêts maladies les impactent déjà financièrement sur leur prime de service. Enfin, dans la Fonction Publique Hospitalière, les agents sont à bouts de force et, prétendre qu'ils s'arrêtent pour un rien, est tout juste insupportable.

 

Et trois zéros : Remise en cause du calendrier du protocole PPCR

Le dernier coup n'est pas des moindres... Le ministre de l'action et des comptes publics, Monsieur DARMANIN frappe encore plus fort. Et là nous ne sommes pas très loin du KO. Sa dernière déclaration ne laisse planer aucun doute sur le traitement des fonctionnaires lors du Conseil Commun de la Fonction Publique (CCFP) : « la situation des finances publiques nous oblige à nous interroger sur le calendrier de mise en œuvre du protocole et de l'étalement de sa montée en charge ». Souvenons-nous que cette « pseudo » revalorisation déjà bien était bien en deçà de la reconnaissance de nos compétences et responsabilités. Le PPCR va donc être révisée... à la baisse. Enfin, que dire de l'enterrement des promesses faites aux IADE qui attendent toujours leurs décrets d'applications pour concrétiser les petits acquis qu'ils avaient obtenus.

 

Et pendant ce temps-là... sur le terrain :

 

  • Les soignants continuent de subir...

Les restrictions sont de plus en plus nombreuses et s'accompagnent de réductions d'effectifs et de coupes budgétaires.

  • Les soignants continuent de souffrir...

L'objectif « qualité s'éloigne chaque jour un peu plus. La maltraitance s'institutionnalise et s'installe « tranquillement » touchant aussi bien les soignants que les patients... dans l'indifférence.

  • Les soignants continuent de mourir...

Et, malheureusement, à bout, ces soignants, ces « fonctionnaires privilégiés » (faut-il le rappeler ?), mettent fin à leur jours dans une inquiétante et assourdissante indifférence.

 

La Rhétorique En Marche... arrière?

Alors OUI... Le discours a changé, les paroles sont plus consensuelles et respectueuses. Mais, au final, alors que Marisol Touraine nous avait donné un dernier coup de massue avec sa merveilleuse prime de nuit, faute de bouée de sauvetage, ces trois mesures enfoncent un peu plus la tête sous l'eau des soignants.

Une situation budgétaire sans précédent ?

Et encore, nous ne parlons pas de l'annonce d'un nouveau plan triennal d'économies commun aux ARS et à l'Assurance maladie de près de 15 milliards d'euros ni pour les soignants du privé, de l'allègement du compte pénibilité qui d'ailleurs s'appellera dorénavant « compte de prévention », tout un symbole.

NON ! Les soignants fonctionnaires ne sont pas des punching-balls, des fainéants constamment en maladie et qui peuvent, sans limite, servir de variable d'ajustementfinancier.

NON ! Nous n'accepterons pas de recevoir des coups successifs sans sourciller et sans nous rebeller.

Alors OUI, nous sommes à terre, blessés, sonnés, mais prêts à renvoyer les responsables dans les cordes.

 

Nathalie DEPOIRE

Présidente

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le collège Infirmier Français, dont le Syndicat CNI fait partie, organise un colloque professionnel le 12 décembre 2017.

En voici le programme :

Pratiques infirmières fondées sur les données probantes un Impératif pour la qualité et la sécurité des soins .

08h30-09h30 Accueil des participants .

09h30 Discours d’ouverture

Marie Claude Gasté Présidente du CIF, Jean François Thiébaut, HAS, Monique Montagnon .

10 h 00 Utilisation des données probantes et le raisonnement clinique .

Christophe Debout .

10h20 Recherche et Pratique . Retours d’Expériences

L’intégration de données probantes dans la pratique infirmière
Comment la recherche infirmière contribue -t -elle à la qualité du soin en réanimation ?
Laurent Poiroux, infirmier cadre supérieur de santé Coordonnateur paramédical de la recherche . CHU Angers .Doctorant en biologie . Santé, laboratoire BNMI Université d’Angers France .

10h40 Le rôle du coordonnateur paramédical de la recherche en CHU dans l’accompagnement d’une équipe investie dans un projet de recherche .

Valérie Berger Infirmière cadre supérieur de santé, Ph D, coordonnateur de la recherche CHU de Bordeaux, chercheure associée équipe culture et diffusion des savoirs ( CeDS)et équipe Economie et Management des Organisations en santé (EMOS) inserm U1219 co responsable de la chaire d’excellence en sciences infirmières et paramédicales, Université de Bordeaux .

11h00 L’Infirmière de Pratique Avancée

Quelle place pour l’IDE de pratique avancée dans le système de santé français ?
Florence Ambrosino, Infirmière MSCN Coordination de parcours complexes - Formatrice

11h20Questions réponses

12h00-13h30 Déjeuner .

13h30 Qualité et Pratique - Retour d’expériences .

La démarche qualité comme levier à l’utilisation des données probantes
En attente de réponse intervenant directeur des soins .

13h50 Table ronde . animation ASI

Les enjeux de l’utilisation des données probantes en formation infirmière : Dans la formation , le DPC ,le management et la documentation .
- Daniel Guillerm Président de la CSI paramédicale DPC
- Christine Paillard, Documentaliste
- Formation , en attente de réponse .
- Management , en attente de réponse .

15h15 Questions réponses

15h45 Clôture de la journée

Marie Claude Gasté , présidente du CIF .

Lien site CIF pour inscription : http://www.college-infirmier.fr/Colloque-decembre-HEGP 

img14Communiqué de presse de la CNI

18 mai 2017

 

Une première occasion pour le syndicat CNI d'entrer en contact avec celle qui le lendemain prenait officiellement ses fonctions au Ministère.
30ème édition du Salon Infirmier Porte de Versailles.

Mardi 16 mai 2017, avant même sa nomination, Madame BUZYN est venue à la rencontre des professionnels guidée par Monsieur VALLETOUX, Président de la FHF.

Nous lui avons exprimé l'urgence de la situation concernant les conditions de travail et le souhait d'être enfin entendus et reçus pour échanger sur les problématiques et nos propositions.

Après 5 ans d'absence de considération, de négation de leur souffrance et de non réponse, l'attente est immense chez les personnels soignants.
Madame BUZYN aura-t-elle la volonté de renouer le dialogue rompu depuis des années ?

Ce premier pas de notre nouvelle Ministre est porteur d'espoir, même si symboliquement nous aurions apprécié qu'elle revienne après sa nomination officielle, mais comme à son habitude le syndicat CNI jugera sur les actes à venir...

Nathalie DEPOIRE
Présidente de la CNI 

lien PDF :