SYNDICAT CNI

Syndicat Des Professionnels de Santé

Get Adobe Flash player
FacebookMySpaceTwitterDiggDeliciousGoogle BookmarksRedditLinkedinRSS Feed

IMG 5032Communiqué de presse de la CNI – 23 novembre 2016

Le syndicat CNI a été à l'initiative, par le mouvement infirmier de 2007, de l'entrée de la filière infirmière dans le processus LMD, premiers pas vers la reconnaissance universitaire que notre organisation a engagé et concrétisé avec tous les signataires de la "plateforme LMD".
De ce fait, notre organisation syndicale appuie fort logiquement l'appel à la grève des IADE et des étudiants de la spécialité pour cette journée du 24 novembre 2016 et soutient les revendications suivantes :

  • la récupération d'un corps spécifique de toute la filière IADE dans la fonction publique hospitalière,
  • une grille indiciaire conforme à une profession master bac + 5 et conforme aux responsabilités et aux contraintes professionnelles, dans tous les secteurs d'activité,

Au-delà de cet appel spécifique, la CNI revendique également pour tous les professionnels de santé :

  • Arrêt du plan triennal de maitrise des dépenses de santé tel que défini actuellement (ONDAM),
  • Attribution de fonds permettant aux établissements de soins la mise en place d'effectifs proportionnels aux charges de travail par patient, le remplacement de l'absentéisme ainsi que la gestion des postes aménagés,
  • Définition de ratios soignants aux lits du patient par spécialité,
  • Respect des engagements pour l'universitarisation de la filière soignante avec notamment la réouverture des travaux sur la réingénierie des spécialités d'IBODE, Puéricultrice (teur), Cadres de santé,
  • Création d'une spécialisation infirmière en psychiatrie (niveau Master),
  • Ouverture rapide des travaux pour définir les référentiels de formation concernant les pratiques avancées.
  • Reconnaissance statutaire et salariale des professionnels de santé au regard de leurs niveaux d'études, de compétences et de leurs responsabilités,
  • Reconnaissance de la pénibilité professionnelle,
  • Développement des services de santé au travail et reconnaissance de l'expertise infirmière de ce secteur,
  • Mise en place de cellules d'écoute et développement de la prévention des risques psycho-sociaux avec accompagnement financiers des établissements pour en garantir l'effectivité,
  • Abrogation des GHT.

Parallèlement aux discussions engagées avec le cabinet de Marisol TOURAINE le 8 novembre 2016, le syndicat CNI reste très mobilisé pour obtenir la reconnaissance due aux soignants ainsi que les moyens de garantir la qualité et la sécurité des soins.

Nathalie DEPOIRE,

présidente CNI

 

lien PDF