SYNDICAT CNI

Syndicat Des Professionnels de Santé

Get Adobe Flash player
FacebookMySpaceTwitterDiggDeliciousGoogle BookmarksRedditLinkedinRSS Feed

arretmaladie48biz

 

Alors qu'en avril 2020, Olivier VERAN annonçait la reconnaissance automatique en Maladie Professionnelle (MP) pour tous les soignants, nous sommes toujours en attente des textes permettant l'application de cette mesure...


Le jeudi 26 juin, le secrétaire d'Etat chargé des retraites et de la protection de la santé des salariés contre l'épidémie de Covid-19, Laurent PIETRASZEWSKI, a présenté au Sénat les contours du dispositif de reconnaissance du Covid-19 comme maladie professionnelle tant pour les soignants que pour les non-soignants. Précisant que seraient reconnus automatiquement les soignants atteints de forme sévère.
La spécification « atteints de forme sévère du Covid -19 » parait aberrante au regard de la définition même d'une maladie professionnelle !


La sévérité d'une pathologie n'est pas un critère de reconnaissance!


Maladresse des propos ou mépris confirmé?

La question étaient en suspens jusqu'à ce 30 juin date à laquelle, le ministère de la santé par la voix d'Olivier VERAN, confirme cette caractéristique à laquelle s'ajoute la nécessité de justifier d'une période de travail effective en présentiel entre la mi-mars et la mi-mai.


Cette écriture est d'autant plus déplacée qu'à ce jour, nous ne connaissons pas les répercussions dans le temps de la Covid 19 sur les organismes qui en ont été atteints, quel que soit le degré de gravité de l'affection !


Une nouvelle fois, et à l'heure même où les soignants manifestaient dans les rues leurs colères, le gouvernement démontre son incapacité à tenir ses engagements.
Que faut-il comprendre ? Les soignants n'ont pas assez soufferts? Comment peut-on envisager de conditionner la reconnaissance en MP au degré de gravité? Où place t on le curseur?
Quel message le ministère envoie-t-il aux agents qui atteints du Covid—19 auront été en arrêt de travail et verront leur prime de service amputée de cette absence ?


Et demain, si une deuxième vague arrive oseront ils les regarder en face et faire de nouvelles promesses qu'ils ne tiendront pas ?
N'en doutons pas, mais les soignants eux, déjà si durement éprouvés par la crise sanitaire qu'ils ont traversé, trouveront-ils encore la force de répondre présents et de faire face après tant d'affronts ?


Nous atteignons ici le sommet de l'indécence !


Céline LAVILLE
Présidente
06.64.41.78.65
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.