SYNDICAT CNI

Syndicat Des Professionnels de Santé

Get Adobe Flash player
FacebookMySpaceTwitterDiggDeliciousGoogle BookmarksRedditLinkedinRSS Feed
loisante48bizCommuniqué du 25 avril 2019
 
Nous partîmes soignants, mais sans un prompt renfort, nous nous vîmes bien fragiles en arrivant au port !
Depuis des années, nous dénonçons la dégradation des conditions de prise en charge des usagers et d'exercice des professionnels de santé.
Nous avons lancé des SOS, tenté d'interpeller les Ministres de la Santé successives en langue des signes, en chanson, par de multiples courriers, lettres ouvertes ou manifestations...
Rien n'y fait, il semble que, Madame notre Ministre, persiste à nous ignorer tout en se targuant de parfaitement connaître notre situation... Aujourd'hui, il est pourtant indispensable de redonner du sens au travail des professionnels de santé.
Quel langage faut-il utiliser pour lui faire entendre que, NON, elle ne connaît pas la réalité du terrain et que l'urgence est prégnante partout en France ?
Il ne suffira pas de supprimer les quotas d'accès aux études médicales ou de former des infirmiers en pratique avancée pour permettre aux usagers de bénéficier de prises en soins de qualité et sécuritaires, pour solutionner les problématiques de déserts médicaux, de manque d'effectifs aux lits des patients et de souffrance au travail.
Ce sont certes de réelles avancées mais l'urgence est de donner les moyens matériels et humains pour répondre aux besoins dès aujourd'hui... pas en 2022 ! Nous n'attendons pas de pseudo réponses telle la création de la fonction d'assistant médical mais plutôt de vraies actions permettant de faire face aux enjeux du vieillissement et à l'explosion des maladies chroniques.
Afin de relever ce défi, il est également impératif de veiller à l'attractivité des professions de santé. Le sujet est très sensible mais est-ce une réelle préoccupation de nos tutelles ?
Une énième fois, nous adressons à notre lointain Ministère
Une énième fois, notre Souffrance, notre Colère
Un Message succinct à Madame BUZYN...
Petit Parchemin en Alexandrins...
parchemin